Le ministre de l’intérieur déplore la réquisition des masques par l’État destinés aux régions alors que l’État c’est lui

Christophe Castaner, le ministre de l’intérieur, est intervenu publiquement pour clore la polémique qui a suivi la réquisition par l’État de masques commandés par la région Bourgogne Franche Comté et le département des Bouches du Rhône, en reconnaissant que la forme était inadmissible, il a dit que cela ne se reproduira plus, « il n’y aura pas de guerre entre l’État et les collectivités » au sujet des masques, bien entendu.

De nombreuses collectivités, à tous les échelons, régions, département et même communes et intercommunalités ont passé d’importantes commandes de masques, tout en saluant leur mobilisation, la secrétaire d’État à la cohésion des territoires a souligné « il est essentiel que les collectivités territoriales et l’État agissent, non pas en concurrence, mais de manière complémentaire » à condition pour chacun de savoir ce qu’il a à faire.

D’une manière générale, les masques ainsi commandés sont destinés à la population et, comme l’a rappelé le ministre de la santé, les masques chirurgicaux et FFP2 restent réservés en priorité aux personnels soignants, ce sont les Agences régionales de santé, les ARS et les préfets qui sont en charge de l’approvisionnement et de la distribution vers les professionnels de santé, tout en vaillant ce que cela se fasse en coordination avec les collectivités territoriales.

Toutefois, il reste un second niveau de personnel à protéger, bien plus nombreux que les premiers, qui continuent à exercer leur activité, dans les services de l’État et dans le secteur privé, qui se débrouillent comme ils peuvent et, pour ceux-là, le gouvernement entend favoriser et développer l’usage de « masques alternatifs filtrants », des masques à usage non sanitaires, un appel à proposition a été lancé par la Direction générale des entreprises, pour mobiliser l’industrie textile.

À ce jour, dans ce contexte 172 prototypes de masques en tissu auraient été testés positivement, une nouvelle mode est sur le point de naître on devrait voir prochainement des vendeurs à la sauvette, proposer des masques de toutes les couleurs, dans de grands parapluies, aux coins des rues.

Pour le ministre de la santé, « la France est le premier pays à se doter d’une offre de masques qualitatifs « agréés », bien entendu.

Exit mobile version