Je dois vivre en dehors du temps

Hier soir, à l’ouverture du JT de 20h00 sur France 2, le premier titre annonçait la mort de « Diego Maradona » en partant de l’idée que tout le monde savait qui été ce monsieur.

N’ayant pas le temps resté devant la télé, j’ai loupé ce reportage sur cette mort, où ils ont précisé, je suppose qui était Diego Maradona.

Le nom me disait quelque chose, probablement un sportif, effectivement j’ai jeté un coup sur internet en demandant à Google, c’était un footballeur.

Mais dans la mesure où je ne m’intéresse absolument pas au sport-fric, je n’entends parler de gens-là que lorsqu’ils passent en justice pour un délit ou un crime. Je crois qu’il y a quelques année un footballeur (lequel je n’en strictement rien) a dû s’expliquer de relations intimes avec une femme mineur. Ou bien comme hier, lorsqu’ils meurent.

Je suppose que pour faire la UNE à ce point, ça devait être quelqu’un de vraiment connu.

C’est triste de mourir à 60 ans (je crois que c’était son âge), mais pour une fois l’actualité a permis aux amateurs de foot de penser à autre chose qu’à la Covid-19, au confinement, déconfinement, vaccins, … mais si cette information est triste.

En ce moment, on nous annonce chaque jour un nombre de morts en centaine, des anonymes, des sans-noms, c’est un nombre plaqué, sans plus. Hier on nous annonce la mort d’un homme, d’un seul et ça semble bouleverser la terre entière. Même face à la mort, par moment, nous ne sommes par égaux.

Hier soir je me suis couché (un tout petit peu) moins idiot que la veille, j’ai appris, un peu tard, qui était le dénommé Diego Maradona.

Exit mobile version