Inclusif-ve

Depuis quelques temps, il y a un truc de machin qui me chiffonne. C’est l’écriture inclusive.

Je ne sais pas si elle veut être paritaire.

Mais, il semble bien qu’elle veuille ne pas oublier le genre féminin.

C’est bien.

Mais quelque chose me dit que pour quelques unes, ce serait mieux si le masculin s’estompait.

Je peux me tromper, mais… Ainsi donc, le principe avoué en serait que le masculin ne l’emporte pas sur le féminin.

En conséquence, l’on voit fleurir un peu partout des parenthèses qui n’ont pas l’heur de plaire remplacées par des tirets du 6 somme on a appris à le dire avec le numérique écrit.

Au hasard de mes lectures, je lis « les élu.e.s … vous donnent rendez-vous….

».

Je viens de voir que je constate avoir fait une faute : ce n’est pas le tiret du 5 qu’il faut, mais le point qui par ailleurs signifie la fin d’une phrase.

Comprenne qui pourra.

En fait ce qui m’inquiète, c’est le vous.

S’adresse-t-il à moi personne particulière, au groupe auquel je suis sensé appartenir ? Sont-ce les femmes qui sont visées ou les hommes en tant que tel.

A ce « tel » qui fini ma phrase, si je comprends bien, j’apprends en marchant, je devrais plutôt mettre « tel.le » ? Mais cela me turlupine encore.

Pourquoi, bon sang de bons soir, le masculin est encore, une fois, devant le féminin ? Si l’on poursuit l’introspection, l’on se doit de s’obliger à l’écriture actuelle que l’on doit coucher : « papa et maman sont beaux ».

C’est innocent, et a priori lancé sans a priori par des enfants reconnaissants – là aussi je suis énervé car impossible de savoir s’il y a enfants masculins seuls, enfants féminins seuls ou enfants masculins et féminins seuls ou encore faut-il écrire enfants féminins et masculins seuls – Mais l’on ne voit pas vraiment pourquoi, même si l’on comprend bien sans faille possible, est-ce que maman serait « beaux ».

Le pluriel ne lui va pas à la raison.

Peut-être devrait-on écrire « Papa et maman sont belles et beaux » ? Mais c’est une autre histoire…

Exit mobile version