Il y a forcément une part d’anomalies dans une élection

Malgré tous les contrôles, l’erreur et la triche sont humaines. Il y a toujours une part d’erreur dans les résultats des élections.

Si l’écart entre deux candidats est de quelques centaines de voix à l’échelle locale, quelques dizaines de milliers de voix à l’échelle nationale, ça vaut peut-être la peine de contrôler, de recompter.

Mais aux États-Unis, même si les résultats ne sont pas, encore, officiels l’écart entre Donald Trump et Joe Biden est de l’ordre de 5 millions de voix, c’est énorme.

Il parait, que dans certains pays, on « bourre » les urnes de bulletins avant ou après l’ouverture des bureaux de vote. Que parfois le candidat qui doit être élu, l’est avec plus de 100% des suffrages exprimés.

Mais, aux États-Unis, il n’est pas imaginable que tous les États (qui sont indépendants les uns des autres, c’est un État fédéral, pas un pays comme la France) gagnés par Joe Binden, il y ait eu une triche organisée. En tous les cas, jamais à la hauteur de 5 millions de voix.

Au jeu des élections, on peut gagner, on peut perdre. Si on n’aime pas ce risque, il ne faut pas jouer.

Aujourd’hui, c’est dommage pour l’actuel président, il devrait être beau joueur, accepter la défaite, et peut-être de se représenter dans 4 ans, Donald Trump va laisser comme dernière image celui du mauvais perdant.

Le môme qui a perdu un tournoi de golf, un match de tennis, une partie d’échecs, et qui au lieu de féliciter le vainqueur se roule par terre en hurlant qu’on lui a volé sa victoire. Que ce n’est pas lui qui a mal joué, mais l’autre qui n’a pas joué comme il le faut.

Espérons que son entourage saura le convaincre d’accepter sa défaite, de féliciter Joe Biden. Et de permettre à l’histoire de tirer un bilan objectif de ces 4 années à la Maison Blanche sans se concentrer sur cette colère de Donald Trump, non justifier, de fin de partie.

Donald Trump ne sera ni le premier, ni le dernier président – aux États-Unis et ailleurs – à ne pas gagner l’élection de son renouvellement.

Exit mobile version