Faire de la politique non comique

Le comique du (mauvais) sens de la mesure d’un marketing épuisant et inutile.

Je reçois d’une banque de crédit qui sévit sur notre sol depuis bien trop longtemps une offre de crédit m’autorisant un prêt pouvant aller jusqu’à 75 000€ sur une durée de 120 mois.

Le taux fixe mis en avant est alléchant tellement il est appétissant : 0,5 % ! Mais, première déconvenue et une obligation d’attention particulière puisqu’il peut arriver à 17,5 %.

Si,  si, c’est écrit proprement en tout petit d’alinéa qui fait la différence concurrentielle.

Mais, deuxième déconvenue et je m’en fous : l’offre est pour les seuls actifs âgés de moins de 65 ans.

Et comme j’ai, j’men balance.

Mais ce qui le chiffonne c’est l’envoi d’une vraie fausse bonne nouvelle alors qu’ils ont en stock de base de données mon âge ridé dont ils savaient être désintéressés… Les journalistes sont tellement mieux renseignés qu’ils ne prennent pas la précaution de vérifier leurs sources.

Pourtant c’est la Baba de la profession.

Et, en l’occurrence, le singe devrait apprendre à grimacer.

Ils ont tous dit en chœur que le druide hospitalier du Sud tenait une conférence de presse à la barbe du chef de gouvernement qui faisait au même moment la sienne avec deux de ses collaborateurs.

Et tout le monde d’y voir un signe de rébellion de ce gaulois bourgeois.

Et bien, pan sur le bec, ce n’est pas lui, mais la Présidente de la métropole et la maire de la ville qui ont organisé ce débat.

Lui, le druide était juste invité à ouvrir ses portes et à donner le bilan actuel de la métropole.

C’est dur d’être un bon journaliste surtout lorsque l’on a appris à ne rien faire.

L’on n’est pas loin d’un coup politique de bas étage mais qui est bien du niveau du gouvernement en faisant payer cher l’élection libre d’une Vert à la mairie de la deuxième ville de France.

Exit mobile version