Et pourtant…

Emmenez-moi qu’il disait.

Pourtant, il était bien revenu de sa dernière campagne japonaise et comptait bien repartir pour tenir d’autres engagements.

Mais, non, la poule aux d’or n’est plus.

Elle ne pondre plus, a sans e rejoint sa mama qui ne lui a jamais reproché d’avoir le premier écrit pour et sur les homos comme d’autres disent.

C’est un autre grand, comme l’aime ou pas, qui disparaît de notre horizon.

Le seul, pratiquement, à avoir eu une vraie gloire internationale et réussit en Outre Atlantique qui eux pourtant n’aiment qu’eux.

Au revoir l’artiste.

Sur qu’un groupe de jeunes suivis de vieux chanteront à ta gloire histoire de dire que le disque n’est pas mort.

Une qui n’est pas encore passer de vie à trépas c’est la ministre qui décide dans son entreprise France d’investir quelques 15 millions d’€ pour donner du travail aux migrants.

C’est la cheftaine de son nouveau parti qui va être contente de pouvoir réveiller les bonnes consciences.

La rentrée de cet automne prend l’air d’une bérézina pour ce qui reste du gouvernement.

L’avant départ avait déjà été marqué par la grogne de certains députés de la majorité dont au moins une s’est fait virée pour défaut d’acceptation aveugle des caprices de l’un ou l’autre des premiers et deuxième de la société France.

Puis la fin des congés a vu le départ de ministres renforcé par un poids claustrophobe dans un milieu o* parler, voire respirer, semble être un déni de ces majesté.

Voici que maintenant, certains autres députés encore restés mais pas vraiment d’accord, accordent leur violon pour dénoncer l’injustice de la Csg et le peu de cas fait aux retraités qui commencent à vraiment se faire entendre tellement ils sont nombreux les bougres.

Il est vrai qu’aux prochaines élections cela pourrait se faire sentir même si par protection l’illuminé a tenter de rallier quelques voix auprès de français qu’il aime bien.

Serez-vous entendus ami(e)s lève tard de la majorité bien portante ?

Exit mobile version