En marche pour l’Elan

L’habitat va prendre un nouvel élan d’une loi qui veut libérer la construction.

Curieusement, la garantie dite Visale ne s’adresse qu’aux prétendants locataires de moins de 30 ans.

Au-delà, pour paraphraser un publicitaire qui se voulait à l’heure de son temps, si vous n’avez pas réussi à vous loger correctement vous êtes fini.

Et lorsque l’on est fini, l’on n’intéresse plus personne comme les retraités.

C’est que l’illuminé se plaît en bonne compagnie de gagnants d’avenir et qu’il ne veut pas être le président des chrysanthèmes.

En marche donc pour cet nouvel élan feu de paille comme l’abus de licenciement pour moins de chômeurs.

Ainsi donc cette garantie qui soulage les propriétaires sur 36 mois pourront-ils loger de jeunes étourdis à concurrence de 50 % de leurs revenus et pour un maximum de 800€ de loyer mensuel.

Si vous connaissez des types de cette veine avec 1 600€ appelez aux urgences… Ceux qui ne sont pas étudiants pourront aller jusqu’à 1 300 ou 1 500€ s’ils sont à Paris.

Et tout cela pour un bail précaire, sans versement de caution, il faut le noter, de 1 à 12 mois.

Mais le bal musette se poursuit en recherchant à vendre 40 000 logements sociaux au lieu des 8 000 actuels.

C’est vrai que pour loger les locataires il faut des bailleurs privés.

Une bonne idée qu’elle est bien bonne est cette espèce de bourse d’échanges entre résidents car les administratifs désignés pour se faire n’ont pas l’air de bien comprendre les interdits actuels.

Et tant pis pour ces nouveaux propriétaires dont on sait bien qu’au bout de 4 ans ils n’ont plus les moyens de l’être.

Les handicapés n’auront plus le droit qu’à 10 % des nouveautés, le reste sera dit évolutif moyennant, la chanson de Roland ne le dit pas, sans doute quelques euros supplémentaires.

Quand le bâtiment va, tout va…

Exit mobile version