Emmanuel Macron bouche les trous

Après 2 départs consécutifs, Nicolas Hulot à l’Écologie et Laura Flessel au sport, on pouvait imaginer que le président Macron allait en profiter pour procéder à un remaniement de son gouvernement.

Non, il se contente de boucher les trous, de remplir les chaises vides avec celles et ceux qui veulent bien y aller.

C’est vrai que dans ces temps de doute, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, la décision d’Emmanuel Macron au sujet du prélèvement à la source n’est pas encore connue et dans le doute de ce qui va se passer !

De toutes les manières étant au plus bas dans les sondages, encore plus bas de François Hollande après un peu plus d’un an de présidence, que risque Emmanuel Macron.

Pas grand-chose.

S’il annonce poursuivre la mise en œuvre du prélèvement à la source certains se déchaînements sur les risques à la fois techniques (il semble qu’il reste des anomalies aléatoires, même si cela ne concernerait que 1 % des contribuables, ceux qui verront leur impôt prélevé 2 ou 3 fois risquent de faire grise mine) et humain (l’Insee a prévenu qu’il y avait un risque ralentissement de la consommation en voyant un montant au bas de salaire amputé de l’impôt).

S’il annonce reporter (ou annuler) le prélèvement à la source, d’autres se déchaîneront sur le coût de toute cette opération, à la fois pour l’administration et les entreprises privées (se transformant en percepteurs bénévoles).

Quelle que soit la décision d’Emmanuel Macron, ce ne sera pas la bonne décision.

Avec le prélèvement à la source, il a hérité d’un machin imaginé par Nicolas Sarkozy et que François Hollande, c’était bien gardé de mettre en œuvre.

Mais, pour, l’instant, avant l’annonce, Emmanuel Macron a garni 2 chaises vides.

François de Rugy au ministère de la transition écologique (président de l’Assemblée)

Roxana Maracineanu au ministère des sports (ancienne nageuse)

Exit mobile version