[themoneytizer id="1368-15"]

Elle cheffe

La cheffe parricide de l’extrême droite au chat aimant les jeunes bobos, s’affiche à tue-tête.

Comme à l’habitude de l’ancien temps elle lève le bras qui cache la misère pour mieux signifier l’élan du geste martial.

Elle n’hésite à mettre en premier plan un drapeau que l’on croit français de par ces couleurs.

Mais, tellement flou que l’on penserait qu’elle voudrait s’en débarrasser sans toutefois oser mettre celle de l’Europe qu’elle a décidé de rejoindre après des années de déni.

Mais, comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et comme, pour prendre château doré qu’elle a tant rêve jeune enfant, elle ne l’est pas… Les nervis des forces de l’ordre se sont faits épinglés par un beau grand reportage sur une chaîne hertzienne bien que numérique également.

Sur plusieurs réseaux sociaux, ils réussissent à démontre leur sens du devoir qui n’a rien à voir avec la République.

Bien entendu, ils sont soutenus par le syndicat de pure extrême droite dont le leader ne trouve rien à redire aux propos relevés dans les traces téléphoniques ou par courriel et autres moyens courants de communications modernes.

En effet, il relève que les termes généraux employés n’ont rien à voir avec un racisme exacerbé puisqu’ils pourraient être tenus pour n’importe quel quidam ayant à faire avec eux.

Sans doute parlait-il de ces quelques politiques nuisibles qui ont pollué nos écrans à force de les voir défiler au crachoir de Monsieur le juge.

Et, ce n’est vraiment pas de sa faute si le confrère policier, dont-il aurait aimé supprimer toutes les syllabes suivent la consonne « n », qui a dénoncé ces méfaits et même plus beaucoup plus graves, est sanctionnée par toute sa hiérarchie.

Notamment par celui qui en son fort intérieur a été ravi de rapporter la sanction d’une faute grave de n’avoir pas, pour cette homme, exprimé à sa hiérarchie directe ce qu’il savait.

Alors qu’elle était renseignée depuis plus de trois ans en amont.

Ce n’est plus chasse aux sorcières mais haro sur les lanceurs d’alerte qui pourtant, via une loi récent sans doute oubliée, sont protégés de toute injustice.

Exit mobile version