Dépenses pour l’ouverture

Quelques centaines de milliards envoyés dans l’espace pour satisfaire les grands dessins de quelques petits privilégiés se voulant grands.

N’est-ce pas désolant alors que tant de gens meurent de faim, de la pollution sur Terre ? Youpi, l’État va faire un amendement, déjà accepté chez les dormeurs bourbons qui font leur sieste à bonne distance les uns des autres.

Cet amendement permet, sous réserve d’accord d’entreprise, de réduire le temps de travail des salariés avec descente du salaire correspondant.

Bien sûr, l’État dira toujours qu’il prendra à charge de chômage partiel une perte de la perte enregistrée.

Vu qu’aujourd’hui de ce jour, le revenu est déjà amputé de 16 % sauf pour les smicards où la peur du soulèvement des gilets jaunes a agi, l’on désespère de ce qui restera en sortie mensuelle.

Et avec cela, il est demandé aux français de consommer.

Français de surcroît puisque c’est bien plus cher que les importations actuelles, allez savoir pourquoi.

Et quand l’on pense que jusqu’à maintenant de ce jour, le patron de notre constructeur automobile à emblème national l’a d’ailleurs clairement demandé, le patronat réclamait l’allongement de ce temps de travail ; il y a mystère sous roche.

Ceci dit, les cadres étant eux au forfait, on ne les voit pas trop se manifester.

Non, vous ne rêvez, ou cauchemardez, selon votre où vous vous positionnez, pas.

L’Italie se met en position de pouvoir permettre à quelques 200 000 sans papier d’être régularisés.

Ho, bien, sûr, cela est assorti de conditions, cela sert les employeurs en mal de salariés en sale besogne.

Mais, c’est un pays que l’extrême droite a mis à sa botte même si elle a fait semblant de s’allier à l’extrême gauche bien silencieuse.

Croyez-vous vraiment que la notre de droite serait prête à mettre les doigts dans la confiture ? A moins que la-bas, sournoisement les idées de gauche reviennent pour pouvoir rester en place.

Exit mobile version