Covid-19 : morts ou morts prématurés

Quel que soit le virus, le microbe, la bactérie que l’on attrape la capacité de l’organisme à lutter contre cette attaque extérieure (en étant aidé ou pas par la médecine) va dépendre de l’état dans lequel nous sommes avant cette attaque extérieure.

L’âge, naturellement, enter en ligne de compte. L’organisme d’une personne en pleine santé d’une vingtaine d’années aura davantage de résistance que l’organisme d’une personne de plus de 80 ans.

De la même manière, l’organisme d’une personne atteinte d’une maladie grave (cancer, sida, sclérose en plaques, …) où même obèse ou d’une maigreur extrême, sera moins résistant à toute attaque extérieure.

Dans ces 2 cas de figure, face à une attaque extérieure l’organisme sera moins résistant avec un risque de séquelles plus ou moins important, voire de décès.

On le constate avec le coronavirus SARS-CoV-2 et le risque de décès dû à l’âge, à la date du 20 avril 2020, en France :

L’âge n’est pas toujours le principal critère, il faudrait pouvoir connaître l’état de santé avant d’attraper de ce coronavirus de chaque patient décédé.

Il serait intéressant d’avoir une étude des décès prématurés, des gens en très mauvaise santé, dont le pronostic vital était engagé, pour qui l’espérance de vie hors coronavirus était faible.

En fin de compte, sur les 20 000 morts en France due à ce coronavirus, combien de personnes en parfaite santé a tuées Covid-19 ?

France

Booking.com

Exit mobile version