Accueil / Réflexions / Des cigarettes qui ne brûlent pas le tabac

Des cigarettes qui ne brûlent pas le tabac

L’un des gros cigarettiers mondiaux, qui voit ses ventes baisser depuis l’an 2000, a mis au point une cigarette électronique pour continuer à écouler son tabac.

Cette cigarette électronique, à ne pas confondre avec celles qui vaporisent des produits chimiques de substitution à la nicotine, est censée chauffer le tabac sans le brûler.

Interrogé par la presse, de pneumologie à la Pitié-Salpêtrière, le professeur Bertrand Deutzenberg, auteur en 2014 de la « E- cigarette : Pour en finir avec le tabac » se montre très critique envers ce nouveau produit, en évoquant une manipulation de l’industriel.

Pour lui, c’est un produit du tabac, qui devra porter, une fois mis en vente un avertissement sanitaire comme « Fumer tue » similaire à celui qui doit figurer sur les paquets de cigarettes.

On peut en effet reprocher au cigarettier de dire que ce produit représente moins de risques pour la santé que les cigarettes classiques, en menant une campagne illégale, alors que les lois françaises et européennes interdisent cette allégation.

Selon les informations diffusées par la presse, ce produit devrait arriver, pour commencer à Paris, chez les buralistes, qui en auront l’exclusivité, avant d’être étendue progressivement à tout le pays, comme c’est déjà le cas au Japon, depuis 2014, où il a conquis un million d’utilisateurs, avec 7 % du marché.

Il faudra acheter l’appareil pour quelques dizaines d’euros, puis des paquets de 20 cartouches, des cartouches qui contiendront le tabac à chauffer et les additifs dont les cigarettiers ont le secret, pour créer la dépendance et dont il faut craindre le pire.

Ces paquets devraient échapper, dans un premier temps, à la loi sur le paquet neutre qui, prise à la lettre, qui ne s’applique qu’aux cigarettes et au tabac à rouler, en attendant de l’étendre au tabac à brûler, qui est aussi un produit du tabac.

Pour le moment, on manque de recul sur le tabac à chauffer et ses conséquences sur la santé des consommateurs et ses éventuels dangers de tabagisme passif, alors que pour le professeur Dautzenberg, il n’est pas moins nocif que la cigarette.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , “Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend ”  en ajoutant ” à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit “

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*