IdéesRéflexions

Cigarette ou cigarette électronique ?

La question peut paraître curieuse et la réponse est naturellement ni l’une, ni l’autre.

L’idéal est de ne jamais fumer la moindre cigarette, surtout en étant jeune, le risque de devenir addictif est très important, voire total. Il suffit de questionner des fumeurs, le passage de non-fumeur à fumeur est rapide et incontrôlable.

Il ne faut pas, pour autant, si on n’est non-fumeur se mettre à vapoter, c’est-à-dire, à utiliser une cigarette électronique. Bien qu’il semble que cela soit nettement moins dangereux pour la santé que la cigarette en papier contenant du tabac.

Par contre, pour les fumeurs de cigarettes en papier, tenter d’arrêter de fumer ou fumer moins avec ce type de produit, en optant pour la cigarette électronique est probablement une excellente approche.

Effectivement, la version électronique contrairement à la version papier, ne contient pas de goudron et autres produits dangereux. Le liquide à utiliser peut même ne pas contenir de nicotine. Les vapoteurs peuvent progressivement se sevrer du besoin en nicotine en utilisant des liquides en contenant de moins en moins, voire plus du tout.

Mais pourquoi parle-t-on de liquides, alors que vapoter, c’est fumer de la vapeur ?

Ce type de cigarette contient une partie d’électronique qui va piloter une résistance électrique pour chauffer le liquide et en faire de la vapeur. Cette résistance s’use à la longue, il le faut jeter sa cigarette électronique, on peut la changer par une résistance Vaporesso neuve.

Mais, il faut choisir le modèle de résistance qui va s’adapter à sa cigarette électronique.

Effectivement, lorsque l’on voit les gens vapoter, contrairement à la cigarette en papier où d’une marque à l’autre elles sont identiques (sauf exception pour des cigarettes « extra-fines) même diamètre, même longueur. Impossible en voyant une cigarette papier d’en indiquer la marque.

En revanche, il n’y a pas deux modèles de cigarettes électroniques qui aient la même taille ou la même forme.

Certaines ressemblent à des cigarettes en papier, elles sont fines et longues, d’autres vont être rectangulaires, plus massives.

Certains modèles se rechargent en liquide avec des cartouches, un peu comme un stylo à encre à cartouche, d’autres en remplissant la réserve de liquide, un peu comme un stylo à encre à pompe.

Des modèles utiliseront une pile, d’autre une batterie que l’a rechargé. Et oui, comme une il y a de l’électronique et une résistance pour chauffer le liquide, il faut de l’énergie, donc de l’électricité. On recharge sa cigarette comme son téléphone, ses écouteurs, sa montre, …

En fin de compte, la cigarette électronique est un concentré de technologie, qui demande un peu d’entretien.

Mais, la cigarette électronique doit être réservée aux fumeurs qui veulent arrêter de fumer ou au moins réduire leur consommation de tabac.

Si on n’est pas fumeur, il ne faut pas se mettre à vapoter. On ne sait pas si le risque est nul, si cette vapeur que l’on inhale est totalement sans danger. Par ailleurs, il y a le risque de passer de la cigarette électronique à la cigarette en papier. Alors que l’invention de la cigarette électronique, c’est pour obtenir l’effet inverse.

Pour un fumeur, la cigarette électronique est une bonne solution, même si in fine, il abonne la cigarette en papier pour la cigarette électronique sans arriver – par la suite – à s’en passer.

Un commentaire

  1. Une cigarette électronique peut être encombrante et fragile, et nécessite d’être rechargée. Du côté du prix, il représente un certain investissement au début : le coût d’une cigarette électronique pour “débutants” varie d’une vingtaine d’euros à une soixantaine d’euros en fonction du modèle et du type de génération. Une fois le kit acheté, il faut également s’équiper en e-liquide et résistance régulièrement.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.