Chers Tous

Il avait tout juste 30 ans, il tapait ses parents, cher enfant.

Il était en couple, il avait dépensé en deux ans ce que ses parents lui avaient donné après avoir gagné le gros lot d’une loterie bien nommée.

Il exigeait que ses parents l’entretiennent à vie, devoir moral sans doute pour eux, cupidité pour lui.

Devant un refus, procès intenté lui donnant tort ; ainsi ses parents pourront-ils profiter de leurs fonds sans se soucier plus d’un éventuel héritage pour un fils ingrat.

Ils partent en vacances.

Ils étaient accompagnés, non pas d’animaux qu’ils auraient pu planquer sous un porche d’une association qui n’a que cela à faire.

S’agissant d’enfants, et les laisser sur les marches d’un hôtel d’église n’étant plus de mise, ils ont laissé la garde aux beaux parents qui ne voulaient pas profiter de leur vie.

Ce qu’il y a de bien en été, surtout au mois d’août, ces que certaines affaires du passé peuvent être sans cesse ressassées au plus grand plaisir de la procrastination ne quittant pas les journaleux.

Il en est ainsi de l’affaire du garde du corps de l’illuminé dont on ne sait plus bien à quoi il avait été embauché avant de s’être fait débarqué.

Voici maintenant, surgi à la surface de la pénombre une sous-affaire de l’affaire d’armes qui apparaissent illégalement pour disparaître afin de n’être pas vue des journalistes avides d’images interdites en scoop d’été.

Sinon, Outre Atlantique ça brûle à tout va du fait d’une trop grande chaleur dont les causes n’atteignent pas la blanche colombe de la blanche maison dont le locataire de service a décidé de renforcer les mesures favorisant la pollution de sa population Il est vrai que se cacher derrière un écran de fumée est plus sur pour profiter que la clarté d’une non pénombre.

Exit mobile version