C’est petits plus

Il est toujours agaçant de constater que l’on ne eut pas bénéficier de ces garanties qui beaucoup lorsque l’on a un sinistre.

C’est toujours les mêmes histoires, à la souscription du contrat ou lors d’un avenant, jamais ces compléments de garantie ou extensions ne sont demandés.

Soit parce que le souscripteur ne veut pas payer le supplément omnibulé qu’il est par la recherche du meilleur tarif d’assurances, soit tout simplement, le représentant de l’assureur a omis d’en parler.

Et pourtant, nombreuses sont les petites extensions qui font les grandes différences lorsque le contrat doit intervenir.

Malheureusement, l’assuré l’apprend trop tard à ses dépend lorsque surgit le risque pour lequel il a pris assurance.

Par exemple, l’assistance au titre d’un contrat véhicule terrestre à moteur.

Parmi ses conditions d’intervention, il y a l’éloignement du domicile.

En règle générale, vous ne pouvez pas bénéficier de l’assistance dans un rayon à moins de 50 km de votre domicile principal.

Or, nombreux sont les contrats qui prévoient en option cette possibilité.

Et le jour, où justement vous aviez besoin de votre véhicule et que vous ne pouvez pas la faire démarrer à cause d’une batterie récalcitrante, vous saurez l’utilité de cette couverture.

Il en est de même pour ces clauses extensives telles que pertes indirectes ou honoraires d’experts.

La première oblige l’assureur à compléter son indemnité de base pour couvrir les frais indirects à la suite d’un sinistre.

Par exemple, vous êtes victime d’un départ d’incendie, un objet brûle.

L’assureur vous remboursera la valeur de ce bien mais pas les sommes nécessaires pour son évacuation.

Les pertes indirectes vous seront alors indispensables.

Si vous n’êtes pas d’accord avec les conclusions de l’expert de votre assureur, vous pouvez demander une contre-expertise à vos frais ou dans le cadre des conditions du contrat si celle-ci est prévue à l’origine.

Exit mobile version